Je fabrique mes baumes, gels, pommades… de Sylvie Hampikian

Aujourd’hui, je vous parle cosmétologie. Pour tout vous dire j’achète très peu de soins tout fait car je n’aime pas leur composition ou alors je pense pouvoir les faire moi-même. J’ai pourtant des produits que j’aime beaucoup : les crèmes des Ânes d’Autan, certains produits de Lamazuna, ou d’Aloe Pur pour ne citer qu’eux.

Je n’ai pas une peau de bébé ou alors j’en ai sa fragilité mais pas sa simplicité. Pour info, j’ai passé plusieurs années avec un protocole d’huiles végétales que je tenais de Julien Kaibeck et le mouvement de la Slow Cosmétique. Mais ma peau a besoin de plus que de l’huile, donc j’ai dû racheter des crèmes. On parle du trou de la sécu mais mon dieu que ça coûte cher les crèmes ! Alors je fais moi-même et j’amortis. De plus, j’aime particulièrement utilisé un objet que j’ai fait moi-même, manger un plat que j’ai cuisiné avec amour et donc mettre une crème que j’aurais popotée. J’apprécie de connaître les ingrédients que j’utilise, de connaître leur provenance et leur qualité mais aussi leur innocuité. En ce qui concerne le produit fini, je sais donc exactement ce que j’ai mis dedans, sans mensonge marketing ou multiplicité d’actifs inutiles et onéreux.

Pour la petite histoire ma première crème c’était celle du blog d’Antigone XXI. C’était… marrant. Puis des années plus tard ma belle-soeur m’a montré une recette super simple pour faire un shampooing solide de Naturellement Lyla. Puis j’ai fait des crèmes, des baumes, des soins solides, etc.

P1220674.JPG

J’ai beaucoup appris avec ce livre – s’il ne devait y en avoir qu’un ce serait celui-ci : Je fabrique mes baumes, gels, pommades… : 100 recettes de soins pour toute la famille de Sylvie Hampikian. Il est paru en 2016 aux éditions Terre Vivante. C’est un très beau livre. Les photographies de Olivier Degorce et Amandine Geers sont jolies et rafraîchissantes. Et surtout il est très pratique.

On y trouve le B.A.-BA sur les procédures pour faire des soins en toute sécurité, où se procurer les ingrédients, quels sont les basiques et leurs propriétés mais aussi un sommaire avec tous les soins, des présentations d’huiles végétales, d’huiles essentielles, etc. Et tout ça en allant à l’essentiel – sans blabla ni chichi.

Le livre est construit de façon à ce qu’il soit utilisable de façon assez simple : dix recettes de base sont données en début et ensuite tout le livre décline ces dix recettes selon l’objectif du soin à confectionner.

Parmi les recettes de base : des crèmes, des baumes, un cérat, une émulsion d’huile végétale et d’aloe véra, un gel neutre…

Ensuite, le livre se découpe en fonction des soins spécialisés : entretien de la peau au quotidien, en cas de grand froid, coup de soleil, bobos des enfants, soins pour femmes enceintes et bébé, coups et bleus, ou pathologies comme l’eczéma et le psoriasis. Entre autres.

La recette d’un soin spécialisé se compose donc de la recette de base (parmi les dix de base) et d’une phase active (synergie d’huiles essentielles bien souvent) ou de conseils d’utilisation d’huiles végétales bien particulières.

Ce que j’aime beaucoup c’est qu’on peut donc adapter assez facilement. Par exemple, si je n’ai pas tel ingrédient, je vais chercher une recette sans ou voir avec quoi le remplacer.

20191130_112025blog

C’est vraiment génial ce principe de la recette déclinable à volonté. J’en suis adepte en cuisine (d’où mon amour des recettes de Melle Pigut). En cosméto, j’ai du mal à suivre une recette préétablie avec telle huile, tel émulsifiant, tel hydrolat. J’aime pouvoir utiliser mon huile d’olive pour une crème (bon molo quand même sur les huiles de cuisine car c’est pas méga hygiénique), remplacer un hydrolat par un autre ou par de l’eau, utiliser le seul émulsifiant que j’ai (olivem 1000 de la marque Bioflore). Je suis adepte d’un certain minimalisme donc une fois que j’ai la base (émulsifiant, huile végétale et cire d’abeille en majorité), je vais tenter de ne pas faire d’extra.

Ensuite, j’aime beaucoup qu’un même soin soit déclinable en baume ou en crème ou en lait. Par exemple pour une crème pour les mains, Sylvie Hampikian conseillera une synergie d’huiles essentielles (qu’on peut ne pas mettre car la recette de base est sans HE) et cette phase active peut être incorporée dans une crème, dans un lait, dans le cérat… C’est comme on veut !

Ainsi, en été je me fais des soins légers qui ne collent pas et qui sont faciles à étaler. En hiver, je me fais des soins plus gras et plus costauds. Je choisis des ingrédients adaptés maintenant que je m’y connais mais je choisis surtout la recette de base qui m’arrange.

20191130_111931blog

Dans cet ouvrage, j’apprécie le focus d’une bonne hygiène en cosméto : mettre des germes par milliers dans le pot de crème c’est l’assurance d’avoir une crème qui tiendra moins longtemps et pourquoi pas des boutons !

J’aime que Sylvie Hampikian donne :

  • La plupart des correspondances grammes/millilitres ;
  • Le matériel à utiliser ;
  • Des étapes numérotées simples ;
  • Des conseils pour des produits de qualité et faciles à trouver ;
  • Le temps de conservation du produit final.

20191130_111947blog

Je complète ce livre si besoin par le site d’Aromazone qui  est une mine d’informations malgré leur réputation au sein de la communauté des cosméteuses averties. Je me sers de leurs aides de calculs pour convertir des produits en grammes, millilitres ou gouttes et de leurs fiches de propriétés des produits. Aromazone m’a souvent dépanné et je l’avoue j’achète encore chez eux car ils vendent parfois deux fois moins chers (et c’est beau l’écologie mais il faut avoir les moyens de ses convictions). Il ne faut pas se voiler la face, on sait pourquoi. Mais on a les mêmes problématiques avec d’autres marques qui n’ont pas la notoriété qui expose AZ. Malgré tout, soyez averti. Lisez notamment cet article de Flo et son reportage.

20191130_112043blog

Et pour vous en exclusivité mes astuces pour cosméter de façon plus responsable :

  • Acheter le minimum syndical ;
  • Ne pas s’encombrer d’un ustensile si vous n’êtes pas certain de vous en servir très souvent voire à chaque recette ;
  • Se servir de votre vaisselle bien propre et désinfectée ;
  • Acheter des produits responsables à des marques transparentes et de qualité ;
  • Accepter de faire des compromis si besoin ;
  • Utiliser des produits qui ne viennent pas du bout du monde si possible (je pète un plomb sur le cacao…) ;
  • Récupérer des pots vides auprès de vos amis et de votre famille (en verre ou en plastique) ;
  • Récupérer des emballages pour les utiliser pour autre chose (une boite d’olivem 1000 se recycle en pot de crème par exemple) ;
  • Acheter en gros si le produit dur mais en petite quantité pour des produits qui vieillissent mal (certaines huiles végétales sont très fragiles).

Et pour l’astuce hyper pratique pour faire des émulsions : vous aurez besoin d’une phase aqueuse tiédie et d’une phase grasse fondue. Utilisez des pots en verre pour mettre chaque phase à chauffer dans un fond d’eau dans une poêle. Ça simplifie la vie. Le verre supporte la chaleur et les produits qui sont corrosifs pour le plastique. Vous pourriez même mixer votre mixture directement dans le pot. C’est tellement pratique plutôt que transvaser d’un contenant à l’autre. Éventuellement vous laissez la mixture dans le pot en verre final si c’est pour une utilisation à la maison.

20191130_112000blog

Pour finir, je vous dirais que je ne fais pas tout mes soins avec cet ouvrage. Je pique parfois une recette ailleurs : notamment chez Flo. Des fois je teste de faire la recette moi-même (comme mon déodorant crème à l’argile et l’oxyde de zinc que je partagerai après test). Et surtout j’utilise un autre ouvrage dont je vous parle ici : Cosmétiques Solides. Avec lui je fais mes shampooings et mon dentifrice.

Faites-vous des soins maisons ? Qu’en pensez-vous ?

PS : si ça vous intéresse, j’utilise les tampons de la Compagnie des Elfes pour faire mes étiquettes de soins.

2 réflexions sur “Je fabrique mes baumes, gels, pommades… de Sylvie Hampikian

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s